Auteur, journaliste, autoentrepreneur...

Ma photo
Auteur par envie, journaliste par vocation, autoentrepreneur par nécessité...

Renderman gratuit !

Renderman est le logiciel utilisé par Pixar pour créer ses dessins animés. Et il est devenu gratuit pour un usage personnel ! Attention, ce n’est pas simple à utiliser, et il vaut mieux disposer d’une machine de course ;) Ce moteur 3D est utilisable en priorité avec Maya, mais peut aussi être interfacé avec le programme libre Blender.

Pour télécharger le programme, il faut s’abonner au forum de discussion. Cela se passe par ->ICI

Scrivener : les métadonnées personnalisées

Plusieurs lecteurs de mon livre (un peu de publicité ;)) m’interrogent sur le fonctionnement des métadonnées personnalisées. Voici un petit topo rapide, que j’étendrai si je trouve d’autres choses à dire à ce sujet.
Chaque document de Scrivener peut être associé à un ou plusieurs indicateurs, qui vont aider à trier, organiser et s’y retrouver dans les centaines et milliers de bouts de texte qui constituent votre ouvrage. Par défaut, seuls deux “drapeaux” sont définis, les Étiquettes colorées et les États. Vous pouvez à loisir en personnaliser l’apparence et les libellés, mais cela se révèle malgré tout rapidement insuffisant pour les projets complexes - si vous souhaitez suivre les déplacements de vos personnages, les auteurs collaborant à un même sujet ou les dates d’écriture de telle ou telle partie de votre livre.
C’est pour cela que, depuis la version 1.7 de Scrivener, sont apparues les Métadonnées personnalisées. Sous ce terme un peu barbare, se cache en fait quelque chose de très simple et de très pratique : des drapeaux librement définis par l’utilisateur, qui contiendront les données textuelles de votre choix.
En pratique : vous définissez un nouveau type de données, auquel vous donnez un nom et une couleur. Ce sont comme des étiquettes vides, que vous posez sur vos documents, et dans lesquelles vous écrivez ce que vous souhaitez.
Exemple : pour ce mini-roman écrit par une classe de CM2, l’enseignant souhaite suivre qui a écrit telle ou telle part du projet. Il ouvre le panneau des métadonnées dans l’Inspecteur (4e icône),et clique l’icône en forme d’engrenage puis choisit Éditer les paramètres…
La boite de dialogue de paramétrage des métadonnées s’affiche :
Un clic sur le bouton “+” ajoute une ligne. Entrez le label de la métadonnée, et cochez les deux cases pour, respectivement activer le “word wrap” (passage à la ligne automatique pour montrer tout le texte) et pour utiliser la couleur du texte, plus explicite si vous multipliez les métadonnées personnalisées. Il suffit maintenant, pour chaque document, d’ouvrir le panneau ad hoc de l’Inspecteur, et d’entrer la donnée voulue, ici le nom de l’enfant. Vous pourrez ensuite visualiser cette information dans l’Organisateur, et surtout effectuer des recherches ciblées, pour retrouver par exemple tous les documents réalisés par un des enfants.
Dans le même esprit, vous pouvez facilement suivre les déplacements de vos personnages, ou leur présence dans chaque scène. Il suffit de créer une métadonnée par personnage, et de remplir les cases avec leur localisation, ou comme ici juste un signe pour dire qu’ils sont présents…
Dans l’Organisateur, les “cases” correspondant à chaque métadonnée que vous avez créée sont ajoutées à la liste des informations que vous pouvez afficher, il suffit de les cocher pour les afficher (en tenant compte du bug d’affichage toujours présent dans la dernière version de Scrivener, qui nécessite de jouer avec la bordure pour afficher toutes les colonnes).
Une fois cela réglé, vous voyez pour chaque texte les colonnes de chaque donnée, et leur contenu. Les recherches pourront les utiliser comme paramètres, et même au besoin les intégrer dans votre compilation.

Les antivirus ne servent (plus) à rien !

Cela fait plus de 30 ans que je manipule intensivement l'outil informatique. J'ai démarré avec les premiers IBM PC XT et AT (disquettes souples 5,25" de 160 Ko retournables et disque dur de 5 Mo !!!). J'ai été journaliste plus de 20 ans, dans tous les principaux magazines de la presse spécialisée informatique. Vous pouvez me croire sur parole :
Les antivirus ne servent (plus) à rien !

Je sais, c'est un peu péremptoire et excessif. Vous voulez sans doute quelques explications. Je vais vous donner plusieurs arguments qui, j'espère, vous débarrasseront de ces coûteuses arnaques que sont les antivirus. Coûteuses en argent, car seuls les "payants" sont censés être vraiment efficaces. Coûteuses en puissance de calcul, car ces gadgets ralentissent sensiblement votre ordinateur.
Le premier argument est l'efficacité. Il y a dix ans, un antivirus arrêtait des virus. Plus aujourd'hui ! Je fais de la maintenance informatique tous les jours, chez des particuliers. Et pratiquement toutes les machines que je "nettoie" sont équipées d'un antivirus, souvent payant. Et dans le même temps, ces PC sont infectés jusqu'à la moelle ! Aucun message, aucun problème signalé par Avast, Kaspersky ou Norton. Cliquez-en l'icône dans la zone de notification, le panneau s'affiche pour vous signaler que tout va bien, alors même que des publicités pornographiques ou menaçantes envahissent l'écran à chaque clic ! 



Le second argument est que les antivirus sont plus nuisibles que beaucoup de malwares. Ils ralentissent votre ordinateur. Un peu, mais TOUT LE TEMPS ! Le démarrage est lent, la copie de fichiers est lente, la navigation sur le net est lente... C'est LENT ! Si vous avez un PC très récent et très haut de gamme, vous ne vous en rendrez pas trop compte - jusqu'au jour où, pour copier beaucoup de fichiers, vous désactivez l'antivirus et soudain c'est la surprise : votre PC est d'un seul coup une véritable fusée !
Un troisième argument est que votre PC mérite une hygiène, qu'aucun programme ne peut lui apporter. Seul l'usager est à même de ne pas installer n'importe quoi, ne pas surfer n'importe où. Avec le contrôle d'exécution apparu depuis Vista (l'UAC pour les puristes), à chaque fois qu'un programme va faire quelque chose d'important, Windows vous demande si vous êtes d'accord. Malheureusement, avec l'habitude et le manque de temps la plupart des usagers ont pris l'habitude de cliquer "oui" automatiquement. Idem pour les programmes d'installation : beaucoup intègrent des malwares optionnels, qu'il faut décocher (ou, plus vicieusement, cocher) pour ne pas installer. 99,99% des infections seraient évitées si l'on prenait juste le temps de lire ce qui est affiché à l'écran !


Cela fait plusieurs années que je n'ai plus d’antivirus sur mes PC, et que je convaincs mes proches de faire de même. Et ni moi ni eux n'avons été infectés par quoi que ce soit ! Mais il y bien sûr des précautions à prendre.
  • Avoir un logiciel qui vous signale les modifications des logiciels lancés automatiquement au démarrage de l'ordinateur ou dans la base de registre. J'utilise Anvir Task Manager (une version gratuite est disponible). Attention, choisissez la version "portable", ou faites attention à bien décocher les cochonneries à l'installation !
  • Passer régulièrement un logiciel de nettoyage. La périodicité varie en fonction des usages que vous faites de votre ordinateur, mais ce peut être une bonne idée de faire une analyse après avoir installé un logiciel douteux. Un mois me semble sinon un délai raisonnable en utilisation "normale". (je le fais régulièrement et je n'ai pas détecté d'infection ces deux ou trois dernières années, mais "on ne sait jamais"). Je vous recommande ZHP Cleaner et Adware Cleaner, associés à Malwarebytes Anti-Malware.
  • Surfer couvert. Installez Firefox et les extensions Adblock Plus et Noscript. Noscript est assez contraignant, puisqu'il faut autoriser les pages au coup par coup, mais c'est une protection de très haut vol qui évite de nombreuses infections. Je recommande aussi l'installation de l'extension WOT, qui vous signalera beaucoup de pages dangereuses détectées par d'autres usagers. 



  • Faites preuve de bon sens ! L'origine d'un programme ou d'un fichier doit vous mettre la puce à l'oreille. Et bien sûr, plus il y a d'usagers à un ordinateur, plus les risques d'infection sont importants.
Sur un PC en accès libre au bureau, l'antivirus est évidemment indispensable !
(en corolaire : pour les usagers "basiques", qui ne savent pas ce qu'est un fichier ou un dossier, et veulent juste utiliser l'ordinateur sans avoir besoin de réfléchir, la présence d'un antivirus est aussi rassurante qu'indispensable...)

(en cas de problèmes lié à cet article, l'auteur nierait avoir eu connaissance...)