Auteur, journaliste, autoentrepreneur...

Ma photo
Auteur par envie, journaliste par vocation, autoentrepreneur par nécessité...

Quoll Writer

J’ai trouvé mon Graal, et il s’appelle Quoll Writer ! Oui, je sais, le nom est assez horrible, mais tant pis. Cela fait quelques semaines que je découvre cet outil d’aide à l’écriture, et, progressivement, je migre tous mes projets romanesques depuis Scrivener. 
Oui, vous avez bien lu : je “quitte” Scrivener pour Quoll ! Bon, j’exagère sans doute un peu, et je vais certainement faire quelques aller-retour entre les deux logiciels. Il sont très différents, autant par leur apparence que par leur fonctionnement, et je ne suis pas encore totalement décidé. Mais, pour l’instant, je trouve Quoll Writer à la fois plus “fun” et plus efficace que Scrivener pour l’écriture de nouvelles et romans ! À l’instar de YWriter, il gère directement les personnages, lieux et autres objets, et les liens entre ceux-ci et vos chapitres et scènes. Il permet de mettre des "notes" partout et dispose aussi d'une belle rubrique "recherche", très pratique. Cela peut évidemment être fait aussi dans Scrivener, mais il est alors nécessaire au préalable de définir les métadonnées, et de construire l’arborescence en conséquence. Quoll Writer est aussi plus joli je trouve que Scrivener, et il intègre toute une série de récompenses (on appelle ça de la gamification) qui nous aident à découvrir les fonctions du programme en douceur et avec plaisir. 

Attention, je ne dis pas que Scrivener est “has been” ! Il reste totalement incontournable pour les projets “sérieux”, comme les guides, manuels et autres thèses (qui n’ont que faire de personnages, lieux et objets). Mais, franchement, j’apprécie de plus en plus Quoll.

Ah, et c’est un logiciel libre, c’est totalement gratuit et pour l’instant uniquement en anglais (mais il n’est vraiment pas compliqué). 

Vous trouverez Quoll Writer à cette addresse !