Auteur, journaliste, autoentrepreneur...

Ma photo
Auteur par envie, journaliste par vocation, autoentrepreneur par nécessité...

Utiliser les modèles de projets dans Scrivener

Quand j’ai commencé à utiliser Scrivener, j’ai fait rapidement le tour des modèles de projets proposés par défaut. Pour rappel, ces modèles définissent les préférences et le contenu initial d’un nouveau projet. En l’occurrence, ceux fournis avec Scrivener sont minimalistes, en anglais et plutôt “mal fichus” pour les écrivains francophones. J’ai donc laissé tomber ceux proposés par l’éditeur, et me suis crée un modèle générique avec mes réglages et préférences, qui correspond bien à mes besoins. Il définit les dossiers de départ, active l’affichage des couleurs et autres punaises, et enfin définit quelques métadonnées personnalisées que j’ai l’habitude d’utiliser. C’est peu, mais cela me fait déjà gagner un peu de temps.

Ce matin, sur le forum de L&L, j’ai découvert, dans la question d’un utilisateur, que certains vendent des modèles (“templates”) tout prêt. Et de me dire : tiens, j’ai vu passer déjà des modèles (gratuits) à télécharger, si je jetais un œil dessus, pour voir ? Souvent, quand je me suis défini un programme bien précis et que je n’ai pas envie de le respecter, je jette un œil sur quelque chose…

image

 

J’ai donc fait une recherche Google (l’ennemi de l’écrivain) et je suis tombé sur des tas de modèles de projets de grande qualité, bien sûr tous en anglais mais il y en a vraiment quelques-uns qui valent le détour. Je suis encore en train de les explorer, je vous en livre deux livre en vrac : 

 

Un modèle dédié à l'organisation préalable du projet par Caroline Norrington

Un assez fantastique, complexe et complet modèle par Stuart Norfolk

 

Téléchargez-les, décompressez l'archive ZIP et ouvrez le fichier .SCRIVX . Pour qu'ils deviennent disponibles dans le menu "nouveau document", pensez à les enregistrer comme modèles (dans le menu Fichiers de Scrivener).

Il en existe beaucoup d’autre, mais ces deux modèles sont déjà un bon début – le risque étant, comme toujours, de se noyer dans l’exploration plutôt quand dans l’écriture.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire